49444527_m.jpg

La formation en Education

Positive & Relationnelle

 100% en ligne, 100% autonome! 

premiere.PNG

Eduquer, une autre version du verbe aimer


la maltraitance verbale est une maltraitance entière
eduquer, une autre version du verbe aimer

Un constat

Beaucoup trop de violences sont faites aux enfants.

Je parle de ces violences qui détruisent de l'intérieur, sans laisser de bleus ni d'écorchures visibles.


Je suis souvent désarçonnée en entendant le ton et les mots qui leur sont assénés.

Je trouve qu'ils sont parfois traités comme des déchets.

Comme si entre les lignes, le message était "tu n'es qu'une merde, tu ne vaux rien, sache-le".

Et cette violence, cette véhémence, cette maltraitance est partout, tout le temps.


Dernièrement, me voici entourée d'adultes. Il y a un papa.

Chaque fois qu'il s'adresse à son petit de 2 ans et demi, il est agressif.

Le reste du temps, il est sympathique.


Pourquoi?

Tout le monde a l'air de trouver ça normal.

Je suis heurtée. Je m’interroge.


L’un des profs de ma fille. Doux. Patient. Je le trouve top.

Et puis, je le vois avec son fils. Une maladresse tout à fait involontaire, sans conséquence et de son âge... la riposte est immédiate. Le ton est désagréable. Nous ne sommes pas dans l’autorité affirmée. Nous sommes dans l'abus de pouvoir.

« Tu te calmes, sinon tu vas copier des lignes dans ta chambre ».

Je me dis. « Il y va vite quand même ».


De retour, en voiture j’y repense.

Et je pense aussi à cette maman qui fait courir son petit en le tirant par le bras, pour arriver à l'heure, en négligeant qu'il pleure.

Je pense à cette femme qui en faisant descendre sa fille de voiture lui assène , "de toute façon, avec ton caractère, ça ne m'étonne que tu n'aies pas d'amies".

Je pense à ce papa qui regarde dédaigneusement son fils en pleurs et lui signale "tu peux toujours faire ton cinéma".

Je pense à cette collègue qui raconte qu'à son fils qui a été puni, elle lui a dit "qu'est-ce que t'as encore fait comme connerie?".

Je pense à cette maîtresse qui crie à l'enfant, triste de quitter son papa "Regardez ça ce gros caprice!".

Je pense à cette mère qui dans un club de vacances, glisse à son fils "continue comme ça, et tu vas voir ta raclée en rentrant"