Il n'aime pas l'école - 8 astuces pour passer la rentrée



La rentrée est un moment souvent attendu, tel un rite de passage qui nous assure une fois encore que notre petit grandit grandit grandit... et que nous, on vieillit, vieillit vieillit (bon... OK... ce n'est pas le sujet). Le sujet c'est bien sûr la rentrée, dans laquelle nous, parents, mettons tant d'espoir et d'anxiété.

Aimera-t-il l'école?

Sa maîtresse sera-t-elle sympa?

Aura-t-il beaucoup de devoirs?

Va-t-il se faire des copains?

Certains enfants sont sur les starting-blocks... ils n'ont qu'une idée: Y aller! Foncer! Montrer ce dont ils sont capables. Les amener à l'école est facile et l'école les rend joyeux. Pour d'autres enfants, c'est beaucoup beaucoup plus compliqué. Je ne vous cache pas que ma fille s'est plainte pendant 3 ans de ne pas aimer l'école... alors même que tout s'y passait fort bien! Je me rappelle encore la tête de ses deux maîtresses, me disant la bouche en coeur "tout va bien, elle a l'air ravie" et moi de répondre "elle pleure tous les matins pour ne pas venir". Elles se sont regardées, bouche bée. En effet, jamais elles n'auraient imaginé combien nous galérions... en coulisses.

Tous les scénarios sont donc possibles, et avec cette rentrée qui arrive (ou qui est arrivée), nous voulons tous que cela se passe bien: qu'il aime l'école et que la vie - tous les matins - soit plus douce. Mais voilà, cette année, cela ne sera pas peut-être pas le cas... alors qu'allons nous faire?

Astuce 1: Il n'est pas obligé d'aimer l'école

Tout d'abord, une erreur classique consiste à essayer de convaincre l'enfant que "oui" il aime l'école, ou qu'il doit aimer l'école. Quand les parents s'engagent sur cette voie, ils assurent à leur enfant - preuves à l'appui - que ce dernier aime l'école:

"- La dernière fois quand tu as vu Matthieu... et quand la maîtresse t'a dit que tu étais appliqué.... et quand vous avez joué au foot avec les autres classes... et quand tu souriais avec ton copain à la sortie, etc.".

Je vous le dis, il est préférable d'arrêter ça. On peut tout à fait passer de bons moments dans un endroit, sans pour autant l'aimer. Et l'enfant a besoin de se sentir respecté dans ses émotions et dans son vécu.

Astuce 2: En parler ensemble

Au contraire du déni des émotions, ouvrir la porte à des conversations sur ce sujet vous aidera (vous et votre enfant) davantage. L'idée est d'en savoir plus sur ses émotions, sur son vécu. Sans aucun autre objectif que celui d'en savoir plus. Il ne s'agit pas d'un interrogatoire ou d'une enquête, mais de la manifestation d'un intérêt sain.

"Raconte-moi ce que tu n'aimes pas... tu n'aimes pas les toilettes sales... hmmm... et la voix de ta maîtresse.... Mmm.... et les enfants qui prennent ton bonnet...".

Accueillir ce que l'enfant a à dire est important. Essentiel même. Car qu'il aime l'école ou non vous devez être cette personne à laquelle il peut confier ses peines, ses souffrances, ses inquiétudes, et son vécu. Vous pourrez par exemple noter tout ce qu'il vous dit. Puis ensuite, lui demander si on peut écrire un ou deux truc qu'il aime malgré tout...


Astuce 3: Poser le cadre malgré tout

Il m'apparaît très important de rester clair par rapport à ce qui est possible et ce qui ne l'est pas. Si vous pensez que l'école est un bon moyen d'instruire votre enfant tandis que vous travaillez par exemple, il me semble important que vous le lui disiez, quand cela vous semble nécessaire.

"je sais que tu n'aimes pas l'école et que tu voudrais rester ici. Mais ce n'est pas possible. L'instruction des enfants est obligatoire dans notre pays, et c'est une bonne chose. Je ne souhaite pas la faire moi-même. Je travaille et je ne peux pas m'occuper de toi durant tes journées d'école".


Astuce 4: Expliquer ce qu'est vraiment l'école

Pour les enfants, l'école peut rimer avec "obligation sans fondement décidée par les adultes".

Dans la réalité, l'école est un moyen (pas le seul cependant) de réaliser ses rêves, de se réaliser et de devenir autonome et libre. Dans la vie quotidienne, vous pouvez connecter les aspirations de votre enfant aux trajectoires de l'école.

"Pour sortir avec des amis et avoir une maison, on est obligé de savoir compter. Si on ne sait pas compter, on ne peut pas aller faire ses courses... c'est embêtant..."

"Quand on ne sait pas lire, c'est très gênant parce qu'on doit retenir toutes les informations qu'on nous donne... c'est fatigant parce que cela nous demande beaucoup de concentration et de mémoire. Alors quand on sait écrire, on peut poser les choses sur un papier. Et pus quand on ne sait pas lire, on doit croire tout ce que l'on nous dit sans vraiment avoir la possibilité de vérifier... on peut se faire arnaquer!"

"Pour devenir biologiste sous-marin, tu dois aller à l'école parce que c'est à l'école que des gens vont avoir le temps de tout t'expliquer!".

Et une astuce que je conseille vivement: regarder avec votre enfant le documentaire pour enfant "Les chemins de l'école".


Astuce 5: Valoriser le chemin parcouru

Il s'agit seulement de faire savoir à notre enfant combien nous sommes heureux de le voir toujours plus autonome et serviable, et de lier cela à l'école, de manière régulière, naturelle et spontanée.

"Ah, je me rappelle qu'au début de l'année, je ne pouvais pas te demander de vérifier la liste de course. Mais c'est génial, maintenant tu y arrives, et c'est parce que tu es allé à l'école...".

Astuce 6: Faire un coaching autour du "je veux rester à la maison"


Coacher son enfant c'est l'interroger par des questions ouvertes par exemple comme cela:

- Donc tu ne veux pas aller à l'école. Et que vas-tu faire?

- Je vais rester à la maison.

- Et que vas-tu faire à la maison?

- Je vais jouer.

- Tu vas jouer à quoi?

- Je sais pas. Aux playmobils, par exemple.

- Hmm... tu vas passer tes journées à jouer au playmobils... et quand verras-tu tes amis?

- Ben après l'école et le weekend.

- Mais de quels amis parles-tu?

- Ben... de ce que je me suis fait à l'école!

- Mais si tu ne vas pas à l'école, comment vas-tu faire pour avoir des copains d'école?

- Et bien je vais attendre qu'ils sortent de l'école.

- Ah bon? Parce qu'en général tes amis, ils font quoi après l'école?

- Et bien, ils rentrent chez eux ou ils restent jouer à l'école.

- Bon... alors ça ne marche pas... tu ne pourras pas les voir. Hmm... J'ai l'impression que tu n'auras plus d'amis...

- ...

- Comment fais-tu normalement pour avoir des amis?

- Je les rencontre à l'école.

- Donc là, si tu ne vas plus à l'école tu vas vraiment être tout seul et tu ne vas plus avoir d'amis. Comment tu te sens quand tu y penses?

Et voilà. En général, ce genre de coaching ne change pas les émotions de l'enfant quant à l'école, mais il le remet sur les rails du pragmatisme. Car on peut aller à l'école, sans aimer l'école, mais parce que finalement, on aime certains aspects de l'école.

Astuce 7: De toute façon, vous n'êtes pas dispo

Je pense que c'est le dernier aspect de la gestion du "je n'aime pas l'école et je ne veux pas y aller"... cette fois-ci nous traitons surtout du "parce que je veux rester avec toi". C'est touchant que nos enfants nous aiment tant!!!

Comme je l'explique dans mon livre (Parentalité Affirmée), il est souvent très utile de parler "vrai". En général quand nos enfants sont à l'école, nous ne sommes pas dispo. Parce que nous travaillons, ou parce que nous sommes occupés. Ayez le courage de mettre les pieds dans le plat!

"Chéri; je t'aime très fort, mais quand tu es à l'école. Je ne suis pas disponible. Je me donne du temps pour aller faire du sport/ pour voir une amie/ pour travailler. C'est important pour moi. J'ai besoin de ce temps sans toi pour me sentir bien. Donc tu ne pourrais pas rester avec moi si tu n'allais pas à l'école."


Keshia Leeann Gardner heureuse quand ses senfants (5!!) retournent à l'école... et eux... gênés

Astuce 8... mais faut-il vraiment le dire...

Bien entendu, il nous faut rester sensibles et pratiquer une véritable écoute de notre enfant. Il peut être en détresse, souffrir d'exclusion ou de harcèlement. Et ces situations requièrent notre vigilance, notre accompagnement et parfois notre intervention.

J'espère en tout cas que ces 8 règles assez simples sauront vous aider à passer le cap de l'école si comme moi, vos enfants peuvent se montrer (très très très) réticents!

Bonne chance à toutes les familles!

Et partagez ce post s'il peut aider d'autres parents ;)



© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation