49444527_m.jpg

La formation en Education

Positive & Relationnelle

 100% en ligne, 100% autonome! 

premiere.PNG

Livre: Le Cerveau qui dit Oui



J’ai eu le plaisir d’accueillir le dernier livre de Dan Siegel et Tina Payne Bryson dans ma boîte aux lettres.


  • Objectif de cet article : savoir ce qu’il a dans le ventre et vous le raconter.

  • Titre : Le Cerveau qui dit Oui – Comment développer courage, curiosité et résilience chez votre enfant ?

  • Auteurs : Tina Payne Bryson et Dan Siegel

  • Editions : les Arènes


D’emblée, le livre séduit. Couverture en suite logique des livres précédents, je prévois que ce sera un bon moment. Puis, petite déception tout de même. Ce livre est bon, mais ne retourne pas le cerveau comme le best-seller « Le Cerveau de Votre Enfant » qui a achevé de rendre célèbres les auteurs. Surtout, il en est la suite.


Du coup attention, si vous n’avez pas lu le premier opus, il vous sera difficile de profiter pleinement de ce livre.


Dans tous les cas, les talents de Tina et Dan se conjuguent à merveille et ils savent rendre intelligibles les neurosciences autant qu’ils ont des idées pour les mettre effectivement en pratique.



Ambition du livre :

Nous permettre d’agir et d’accompagner notre enfant de manière à générer la « configuration neuronale » qui permet en tant qu’individu d’aborder le monde avec empathie, résilience, authenticité et ouverture d’esprit. C’est-à-dire, intégrer le cerveau comme il en était déjà question dans le premier livre… mais cette fois-ci on vous parle de valeurs humaines plus que de sciences !


On vous met aussi en garde ! En garde contre les emplois du temps surchargés, le manque de sommeil, le manque d’activités libres, le manque de simplicité et de liberté.


On rappelle aussi aux parents que l’idée est de permettre à l’enfant de se développer et non d’en faire un être parfait…



Idées clés :

Le cerveau peut avoir une inclination positive ou négative.


  • Quand il est positif, il est ouvert, résilient, adaptable et empathique.

  • Quand il est d’inclination négative, il est obstiné, perçoit le monde extérieur comme une menace et se met en perpétuelle compétition. Il se montre incapable de se comprendre lui-même et de comprendre les autres. Il s’embourbe dans les émotions déplaisantes, se sent en souffrance et par ses comportements met en souffrance les autres.


Nous avons tous intérêt à développer un « cerveau du oui ». Et ceci passe par 4 piliers : L’empathie, la résilience, l’équilibre et l’introspection.


Dans le livre, les auteurs nous montrent comment nous pouvons y contribuer.



L’outil que j’ai préféré :

- Dans la partie « Équilibre », les auteurs nous présentent notre état intérieur comme étant immergé dans 3 zones. Voici un extrait.


Ils nous proposent d’utiliser cet outil visuel avec notre enfant afin de développer sa conscience de lui-et des autres et ainsi mieux passer les aléas de la vie.




Quelques citations qui m’ont marquée :



« Souvent, nous ne réalisons pas le mal que nous faisons quand nous condamnons et dénigrons nos enfants et leurs émotions. Nous détournons leur attention, nous nions ou discréditons leur ressenti, nous leur faisons des reproches ou une leçon de morale, nous prenons nos distances, nous les obligeons à se taire ou nous leur faisons honte. En réagissant ainsi, nous sommes bel et bien en train de les punir d’éprouver des émotions humaines saines et d’exprimer ce qui se passe en eux. »