PETITION: Stop! Garantissons à nos enfants le droit d'être traités dignement



A l'occasion de la journée mondiale des droits de l'enfant, mobilisons-nous! Faisons avancer la cause des enfants!

RESUME DE LA DEMANDE: Notre demande est que s'ouvrent dans nos pays - avec les gouvernements et des experts de l'enfance (sans conflits d'intérêts avec des industries actives dans le milieu de l'enfance) - des tables rondes pour explorer comment remettre le bien-être de l'enfant au cœur de tous les dispositifs de protections et de développement qui le concernent, afin de garantir à cet être, des droits spécifiques prenant en compte sa dépendance et sa fragilité immenses et, lui assurer un présent et un avenir digne.

ACCES DIRECT A LA PETITION: ici

EXPLICATIONS:

Depuis des siècles, les droits des enfants sont bafoués.

Traités comme des êtres sans droits ou de moindres droits, aucune politique n'a pour le moment mis dans ses priorités de mieux prendre en compte les besoins de cette population et de la protéger. Il est temps et nécessaire d'avancer. Les enfants sont fragiles et dépendants. De nombreux enfants souffrent dans nos pays.

Trop souvent, l'enfant qui se conduit mal est stigmatisé alors que nous savons de manière avérée que les comportements des enfants résultent essentiellement de l'environnement et du modèle éducatif dans lequel ils grandissent. Ces enfants en plein mal-être voient, au lieu d'être protégés, voient les approches envers eux se durcir. Comment mieux prendre en compte la globalité du comportement problématique d'un enfant en évitant de lui rejeter la responsabilité ?

On pense aux 3393 cas de morts inexpliquées du nourrisson, classées "causes inconnues ou non déclarées" - que la mort subite du nourrisson ne peut à elle seule expliquer. Comment pouvons-nous progresser sur l'élucidation des cas? Comment améliorer la prévention?

On pense à ces maternités où l'enfant sain, à peine né, n'est pas mis dans les bras de sa mère, lui est arraché, à ses bébés auquel le sein est systématiquement refusé pour des raisons de confort ou d'organisation interne. On pense aussi aux congés maternités qui ne prennent pas en compte les besoins des enfants pourtant bien connus et documents notamment grâce à la théorie de l'attachement. Comment accueillir l'enfant dignement, permettre à la relation avec les parents de s'établir dans le meilleur confort?

On pense aux viols et abus sexuels sur l'enfant, pas assez détectés, pas assez punis, et aux sentences qui trop souvent autorisent le coupable à continuer de s'approcher d'autres enfants ou même à travailler avec eux. Comment justifier les commerces pédophiles qui ont lieu sur quantités de réseaux, accessibles à tout à chacun, à l'heure de la traçabilité sur internet? Quels sont les moyens manquants? Comment punir justement les coupables de violences et d'abus sexuels sur enfant et garantir aux victimes le droit à une protection efficace?

On pense à la prescription sur les abus sexuels, qui fait qu'une victime ne peut plus porter plainte au-delà d'un certain nombre d'années (ce nombre d'années dépend des pays). Quelles sont les obstacles à lever cette prescription? Comment expliquer que nous en soyons encore là? Quel est l'intérêt de la victime dans une telle politique?

On pense aux actes chirurgicaux pratiqués sur la sphère génitale des intéressés alors qu'ils sont trop jeunes pour donner leur accord ou leur désaccord. C'est le cas de l'attribution d'un genre et d'un sexe à ceux qui n'en ont pas, ou de la circoncision. Comment mieux prendre en compte et garantir à chacun la liberté de s'autodéterminer?

On pense à la violence sur les enfants, par les mots, les gestes, les attitudes ou la négligence. Et aussi cette violence que l'on nomme "Violence éducative ordinaire" et qui se pratique en tout impunité en public, au supermarché, à la place de jeu, à l'école. Comment pourrions-nous faire valoir les besoins de l'enfant pour tout ce qui à trait aux approches éducatives? Quelles mesures devrions nous mettre en oeuvre pour que les adultes, éducateurs, enseignants, soient dotés d'approches efficaces et respectueuses pour intervenir auprès de l'enfant?

On pense à tous ces lieux où les enfants sont accueillis sans que l'on prenne véritablement en compte leurs besoins. Les crèches en surnombre qui ne répondent pas au besoin de maternage des enfants, les écoles où les besoins physiologiques (mouvement notamment) des enfants, ne sont pas entendus. Et tous ces lieux où l'immaturité cérébrale de l'enfant, sa fragilité face au stress ne sont toujours pas pris en compte! Comment remettre au centre les besoins de l'enfant dans les lieux qu'ils fréquentent? Quels changements mettre en oeuvre?

On pense au cas d'exploitation des enfants, soit car ce sont des enfants immigrés et qu'ils sont exploités par des familles pour l'accomplissement de tâches domestiques, soit parce que des entreprises basées dans nos pays ont recours à de la main d'oeuvre infantile dans d'autres pays. En quoi faisons-nous ce qui est nécessaire pour nous assurer que ceci n'ait pas lieu? La loi est-elle assez contraignante?

On pense à des actualités sans fin avec d'une part des enfants en souffrance et en danger qui sont laissés aux mains de foyers hostiles et dangereux, tandis que tant de personnes, de couples, cherchent à adopter et sont prêtes à offrir un foyer sûr à des enfants. Comment se placer davantage du côté du bien-être des enfants en leur assurant un foyer stable et protecteur, favorable à leur développement, tout en gardant des passerelles adéquates avec les parents biologiques?

On pense à l'exploitation des enfants sur internet, par exemple par des parents qui vendent les photos/vidéos de leurs enfants sur des sites d'achat de photos et de vidéos libérés de droit. Comment s'assurer que l'avenir de l'enfant n'est pas impacté par de telles pratiques? Quel est le droit de l'enfant sur son image?

On pense au harcèlement scolaire qui touche toujours plus d'enfants, à ces enfants contraints d'aller à l'école la peur au ventre, et aux parents contraints de les y envoyer car rien n'est fait. Comment garantir le droit de nos enfants à être protégé efficacement quand ils sont à l'école? Quelles sont les mesures que nous devrions prendre pour s'assurer que cela n'arrive plus.

On pense encore à tellement de choses... que nous avons besoin de nous asseoir pour en parler et revoir nos pratiques et usages...

CONCLUSION

Nous savons que toutes ces questions sont abordées d'une manière ou d'une autre par les législations de nos pays. Mais nous pensons qu'elles ne sont pas assez efficaces et ne répondent pas aux besoins des enfants.

C'est pourquoi, notre demande est que s'ouvrent dans nos pays - avec les gouvernements et des experts de l'enfance (sans conflits d'intérêts avec des industries actives dans le milieu de l'enfance) - des tables rondes pour explorer comment remettre le bien-être de l'enfant au cœur de tous les dispositifs de protections et de développement qui le concernent, afin de garantir à cet être, des droits spécifiques prenant en compte sa dépendance et sa fragilité immenses et, lui assurer un présent et un avenir digne.


ACCES DIRECT A LA PETITION: ici

#petition #journeemondialedesdroitsdel39enfant #traiterlesenfantsdignement

0 vue
box dans l'herbe bandeau internet.png

© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation