Attention! Cerveau d'Ado!



Dans cet article je vous propose de clarifier:

  • ce qui rend le cerveau de l'adolescent si particulier,

  • comprendre quelles sont ses faiblesses et les risques auxquels il est soumis

  • quelles sont les pratiques bénéfiques et protectrices reconnues.


Cet article est essentiellement basé sur le livre

Le cerveau adolescent -Guide de survie à l'usage des parents du Dr. Frances E Jensen

Je dois bien reconnaître que la plupart des articles portant sur la parentalité s’adressent aux parents d’enfants de moins de 12 ans. C’est clair que le cerveau de l’adolescent est moins bien connu et que l’adolescence nous pose un souci:

Comment exercer nos approches éducatives positives avec des individus qui ne sont jamais à la maison ! ?

Et ce problème s’ajoute au fait qu’un adolescent n’est pas né adolescent, mais qu’il a un vécu derrière lui qui a des incidences importantes sur sa manière d’établir la relation avec nous pendant cette période critique. Néanmoins et avant que je ne m’en aille en Espagne poursuivre ma formation d’instructeur MBSR (yes!!!!), j’ai décidé de vous offrir un petit résumé de ce que nous savons à propos du cerveau de l’adolescent.

Je l’ai fait tenir sur une page, que vous pouvez imprimer maintenant, et aussi partager avec les parents d’adolescents que vous connaissez. Cliquez ici pour récupérer le pdf

Commençons par le cortex préfrontal

Il manque encore 20% de connexions!

Comme vous le savez, il est responsable d’anticiper les conséquences de nos actions, d’inhiber


les comportements. La première chose qu’il faut signaler qu’il est le dernier à se connecter, et que c’est l’adolescent ils représentent justement les 20 % ne sont pas connectés. Cela a des conséquences importantes, car l’adolescent ne peut pas inhiber ses prises de risque. Entre autres, l’immaturité du cortex préfrontal génère sautes d’humeur, irritabilité, impulsivité, difficulté à se concentrer, à aller au bout des choses, à résister à la tentation du risque, des drogues, de l’alcool.

Et notez aussi que la rapidité d’inhibition, c’est-à-dire la rapidité à s’empêcher de faire quelque chose diminue toujours plus de huit à 20 ans !

Un système de récompense

qui adorrrrrre la dopamine

Le système de récompense est dominé par la dopamine. Or il se trouve que le cerveau de l’adolescent est hypersensible à la dopamine. Par conséquent, il a beaucoup plus de chances de devenir addict , c’est-à-dire à tout ce qui lui procure du plaisir tel que l’alcool, la drogue, le sexe, la violence, les comportements à risque.

Le cerveau de l’adolescent est incité à prendre toujours plus de risques en produisant beaucoup de dopamine chaque fois qu’il réussit à transgresser des règles et qu’en plus il obtient des gratifications sociales comportements à risque. (typiquement, quand l’adolescent transgresse un interdit et que cela le valorise vis-à-vis de ses ami).

En plus, le cerveau de l’ado contient plus d’excitateurs que d’inhibiteurs. Donc, il est davantage pousser à l’action qu’à s’empêcher de mettre en œuvre des actions.

À côté de cela le cerveau de l’adolescent a des faiblesses notables,

et la liste est longue !

  • C’est un cerveau gonflé à bloc, prêt à passer à l’action, mais qui ne sait absolument pas dans quelle direction aller.

  • Le corps de l’adolescent et son cerveau réagissent fortement aux hormones sexuelles. Une fois arrivé à maturité sexuelle, l’adolescent n’a pas plus d’hormones que les adultes, mais il y est plus sensible. Ce qui fait que les filles vont avoir plus de sautes d’humeur, et les garçons dont la testostérone et jusqu’à 30 fois plus élevées qu’avant la puberté risquent d'être plus violents.

  • Des études montrent que l’adolescent est incapable de prendre des décisions bonnes et sécures en cas de danger ou problème grave. Et d’ailleurs, il ne retient pas les leçons de ses échecs ni de ses bêtises.

  • Il est très mauvais en multitâche, et ses tentatives de faire plusieurs choses en même temps sont à l’origine de 87 % des accidents de voiture mettant en cause des adolescents.

  • Il est très fragile face à la consommation d’alcool et de drogue qui vont l’empêcher de se développer dans de bonnes conditions.

  • Un adolescent sur cinq souffre de problèmes mentaux ou comportementaux.

Et je précise, tout ceci est un condensé de la recherche scientifique! (et ça fait peur!)

Il y a des conditions qui augmentent

les risques pour le cerveau de l’adolescent.

L'accès aux drogues, aux armes, à l’alcool. Exposition à la violence des écrans, pauvreté, négligence parentale, conflits familiaux, comportements d’alcool et de drogue des parents, milieu culturel, alimentation.

Par ailleurs, il arrive que les parents pensent qu’être à-la-cool par rapport à l’alcool et à la drogue permet d’être mieux informé de ce que l’adolescent fait et donc de mieux le contrôler. Les études montrent que ces adolescents-là consomment plus de drogue et d’alcool que les autres.


Alors comment les parents

et éducateurs doivent-ils

se comporter avec un adolescent ?

  1. identifier les forces de l’adolescent et investir dessus

  2. donner peu de consignes et les écrire le plus souvent possible

  3. l’aider à planifier ses journées et son travail

  4. lui mettre un cadre très clair (temps sur les écrans, sortie, etc.)

  5. être en contact et communiquer avec les parents de ses amis

  6. quand il décharge ses émotions, ne pas s’emballer

  7. le laisser dormir autant qu’il en a besoin, quand c’est possible

  8. pas d’écran dans le lit

  9. le matraquer d’histoires vraies où le comportement d’un adolescent a fini tragiquement

  10. lui montrer qu’il est manipulé par l’industrie et/ou par des intérêts privés

  11. critiquer ostensiblement les drogues et l’alcool, ne jamais devenir un copain de fête

  12. éviter d’être le chat qui court après la souris, car quand il se sent "souris" ça l'incite à transgresser

  • Pour protéger notre adolescent, il est très utile qu’il pratique un sport d’équipe. Et le mieux est qu’il commence ce sport pendant l’enfance.

  • Et la meilleure manière de sortir de l’adolescence "en forme" pour devenir un jeune adulte est de prendre une année sabbatique vers l’âge de 19 20 ans, pendant laquelle il voyagera et travaillera.

Mais le cerveau de l'adolescent

a t-il des forces???

Si vous m’avez bien suivie, le cerveau de l’adolescent est entièrement conçu pour apprendre, essayer, explorer la vie, gagner son autonomie. C’est un cerveau OUVERT, entièrement destiné à éponger tout ce qu’il expérimente de positif. Et à ce titre, les apprentissages de l’adolescence sont les plus solides de la vie d’un individu.

C'est dur dur d'être un ado!

Alors oui, c’est difficile d’être en relation avec un adolescent. Vous pouvez avoir l’impression qu’il est grand comme un adulte, sexué comme un adulte, mais en même temps il est encore plus fragile qu’avant, du fait qu’il prend des risques en votre absence et n'ets pas capable de prendre de bonnes décisions ni de bien gérer les situations graves.

Les parents se demandent souvent s’ils ont le droit de s’immiscer dans les affaires de leur adolescent. Des personnes extrêmement reconnues, coaches, pédopsychiatres, neuroscientifiques, insistent pour que les parents exigent d’être au courant de l’endroit où se trouve leur adolescent, de ce qu’il fait, de qui il fréquente, de ses codes d’accès aux différents réseaux sociaux qu'il utilise, et de pouvoir regarder avec leur adolescent, de temps en temps, le fil des conversations… mais avec un seul objectif celui de vérifier que l’adolescent ne se met pas en difficulté.

Il arrive que certains parents s'insurgent de telles pratiques. Il est bon de rappeler que la confiance doit être nourrie. L'adolescent ne doit pas exiger d'obtenir la confiance de ses parents en se privant d'amener les arguments pour l'obtenir. Et s'il n'a rien à cacher et que ses parents son respectueux de son intimité, cela ne devrait pas poser de souci.

Note aux Suisses! Le 1er Décembre 2018, je donne une formation "Attention cerveau en chantier" destinée aux parents, éducateurs et enseignants.

Elle se déroulera sur la journée entière. Nous y verrons le cerveau de 0 à 20 ans et apprendrons à éduquer, interagir, enseigner en gardant le cerveau à l'esprit! Et nous jouerons au Brain architecture game développé par l'université d'Harvard. Plus d'informations sur le site www.ratatam-plus.ch (dans la partie, pour les professionnels)

Pour aller plus loin, voici quelques lectures:


de Dan J- Siegel


De Shery Feintsteil



#cerveauado #adolescent #parentd39ado

© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation