Intox en Parentalité: Et si on arrêtait de délirer ???



Avec ce post, j'inaugure une nouvelle section du blog, celle des coups de gueule.

Car oui, il y a des choses qui m'horripilent, me mettent carrément en colère simplement parce qu'elles nuisent et sont dangereuses pour les enfants et les familles. Et le bien-être des enfants et mon cheval de bataille depuis plusieurs années.... donc parlons franchement!

Ces derniers temps, je vois apparaître des posts sur FB du type

  • "Si je dors, maman meurs",

  • "Je crois que maman ne veut pas d'autre enfant car je ne la satisfais pas",

  • "Je crois que je dois sauver maman"

avec des photos de bébés mignons... et tout le tralala. L'enseigne s'annonce sous des aspects bienveillants. Le service est celui de la parole au bébé, ou de la communication connectée. On prend les parents aux tripes avec des images pleines d'amour et de douceur, des messages culpabilisants, et on fait croire aux parents qu'il y a une vérité qui leur échappe et qu'une personne formée va pouvoir les sauver!

Non, mais Allô!!! Ca ne va pas la tête?

On est en plein délire!


DECRYPTAGE

Prenez l'exemple du premier message:

"Si je dors, maman meurs"...

Levez la main les parents dont l'enfant de moins de 3 ans dort!

Tout au plus, vous êtes 2 parents sur 10 à avoir un enfant de moins de 3 ans qui dort. Pourquoi? Parce que votre enfant a peur que vous mourriez???!!!

1. Les enfants de moins de 3 ans ne dorment pas comme les adultes le souhaiteraient mais ils dorment comme il est bon pour eux de dormir selon un rythme qui leur est naturel.

2. Les rythmes de sommeil (cycle, durée des cycles, fréquence de phase de sommeil et de veille) sont spécifiques aux individus selon leur âge. C'est le cas des jeunes enfants.

3. L'enfant est ainsi naturellement programmé pour se rappeler à ses parents afin d'en obtenir la protection et les soins. Ceci a été largement étudié depuis plusieurs décennies par la théorie de l'attachement.

Alors, NON, votre enfant n'a pas peur que vous mourriez chers parents, ni qu'il doive vous sauver! Il se comporte juste comme un enfant normal qu réclame votre présence. Il accèdera à un rythme de sommeil à peu près similaire à celui de l'adulte vers l'âge de 4 voire 5 ans. Avant cela, il dormira à sa manière.

LE CYCLE DE DEPENDANCE EN 3 ETAPES

Comment les parents sont pris au piège


Les messages que je vous ai cités ne font que profiter de votre faiblesse, de vos inquiétudes légitimes et exploitent votre culpabilité. Les pseudo-thérapies auxquelles ils sont assoiciés, posent de nombreux problèmes, comme notamment la mise en dépendance du parent selon ce cycle:

  1. une première phase d'accalmie des problèmes largement observée et due - simplement - à l'écoute dont le parent a bénéficié. Et oui, car l'écoute fait toujours du bien

  2. une deuxième phase de résurgence des problèmes parce que le parent persiste sur sa nouvelle croyance qu n'a aucun lien avec la réalité.

  3. une troisième phase où le parent retourne en consultation, pensant qu'il n'a pas bien compris quelque chose ou qu'une autre difficulté cachée n'a pas été identifiée. Dès ce moment, le parent est déjà dans la croyance que la pseudo spécialiste en exercice accède à des informations qui lui échappe et qu'il ne peut donc pas faire sans son thérapeute. Il devient dépendant.

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR,

c'est qu'avec ces méthodes,

  • Les parents restent durablement dans l'ignorance du développement de leur enfant car ils y sont maintenus. Ils n'arrivent donc pas à développer les approches d'éducation qu seraient bénéfiques à toute la famille.

  • Les problèmes augmentent car ils ne sont pas traités. Au contraire, il y a un enlisement quit fait que les changements deviennent toujours plus difficiles à entreprendre.

  • L'enfant est emmené avec régularité chez le spécialiste, le pseudo-thérapeute (qui depuis qu'il est tout petit, parle à sa place et en sa présence!!!!!!!). Il se perçoit comme incompétent pour connaître sa propre réalité et surtout incapable d'être un enfant qui plaît à ses parents. Ses parents témoignent toujours d'un problème avec lui et se montrent dépassés, incapables de faire face par eux-mêmes.

  • Puis un jour, enfin, le parent (sans son enfant, car il est temps que l'on fiche la paix à son enfant dont l'estime de soi a été gravement fragilisée...) vient nous consulter (nous, les consultants en parentalité) et découvre l'envers du décor. Il s'aperçoit que ce qu'il pensait comme inexplicable est expliqué et très gérable, mais que cela demande une remise en question de soi et de ses habitudes... la parentalité est un long parcours.


L'INTERVENTION

EN EDUCATION POSITIVE

Voici comment les professionnels de l'éducation positive interviennent. Une méthode respectueuse et éthique.

- Ils ont un code de déontologie. Une éthique. Croyez-moi, nous savons qu'il est bien meilleur pour notre porte-monnaie de nous poser comme médium qui ressent ce que vous ne ressentez pas, ou qui accède à un niveau de conscience ou de communication qui vous échappe. Mais nous avons un voeu pour la société. Nous souhaitons que chacun y trouve sa place sainement et nous plaçons l'éthique devant nos intérêts.

- Leurs approches ne fragilisent personne. Nous renonçons aux approches qui peuvent être de nature à fragiliser un ou plusieurs membres de la famille. Nous savons repérer les enfants qui ont des défis particuliers et savons rediriger vers les bons professionnels quand le cas se présente. Nous ne recevons pas ou que très rarement les enfants en consultation. Nous ne souhaitons pas que les enfants soient stigmatisés comme "anormaux", "bizarres" ou "diffciiles". Nos approches visent à rendre les parents capables mais aussi à contribuer à une bonne estime de de soi de leurs enfants.

- Ils développent l'autonomie. L'objectif d'un consultant parental n'est pas de vous donner des rendez-vous à n'en plus finir. Personnellement, je ne dois que rarement donner plus de 3 rendez-vous. Car en 3 rendez-vous j'ai pu permettre au parent de redresser la barre. Ceci passe par la transmission des connaissances et compétences dont il a besoin. Mon objectif est de rendre le parent capable de se débrouiller sans moi. Je ne me présente pas comme ayant des moyens qui lui sont inaccessibles.

- Ils se basent sur des connaissances avérées. Avec les progrès dans les neurosciences et l'observation depuis plusieurs décennies du développement des enfants, nous disposons désormais de ressources extrêmement fiables pour accompagner les parents. Nous avons une large connaissance de ce qui est attendu d'un enfant à différentes périodes de sa vie, et de ce qui marche en matière d'approches éducatives.

- Ils responsabilisent les parents. Plutôt que de déposséder les parents de tout pouvoir, nous remettons le pouvoir entre les mains des parents afin qu'ils sachent comment intervenir. Ceci nous semble d'autant plus important que cela permet aussi au parent de se développer personnellement grâce à son rôle de parent. Or, le développement du parent contribue à l'entente familiale et au bien-être des enfants.

Non à l'intox!

  • Faites attention aux messages qui vous prennent aux tripes et qui ne sont que de l'intox. Encore une fois, il est bien plus facile de se remplir le porte-monnaie avec de l'intox, des infos fumeuses qui manipulent votre sensibilté et vos peurs de parents que de promouvoir une éducation positive.

  • Faites attention car cela vous fait entrer dans un engrenage, que cela vous maintient dans l'ignorance et vous confine à l'impuissance d'avancer durablement.

  • Faites attention parce que votre enfant sera fragilisé par ce type de pratique.

PERSONNE...

Personne ne peut entrer dans la conscience de personne à moins d'avoir un don très particulier (mais dans ce cas, nul besoin d'une formation... on appelle ça un médium et c'est clair pour tout le monde...).

Personne ne devrait s'arroger le droit de parler au nom de votre enfant (et encore moins en sa présence!!!)

Personne ne devrait vous dire qu'il sait mieux que vous entendre et comprendre les pleurs de votre enfant.

D'ailleurs, personne ne devrait vous poser de questions inductives (de type Oui/Non). Ceci est contraire au code de déontologie des coachs... (ben, oui, sinon c'est trop facile de vous influencer!!!!)

Personne ne devrait vous détourner de la connaissance et des compétences éducatives dont vous avez besoin.

Bref... Les professionnels de l’éducation positive ne s'enrichissent pas autant que les charlatans (et pseudo thérapeutes qui essaiment en ce moment).L'Education positive, ce n'est pas ça, c'est beaucoup plus que ça!




box dans l'herbe bandeau internet.png

© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation