49444527_m.jpg

La formation en Education

Positive & Relationnelle

 100% en ligne, 100% autonome! 

premiere.PNG

RADIO: Et si on jouait dehors?



Je ne suis pour rien pour l'idée de cette publication. Tout le mérite revient à Cindy Heiniger de l'émission Tout s'explique de Radio Chablais qui a désiré que nous travaillions sur le concept du jeu et des enfants.

Choses proposées, choses acceptées,choses faites!

Retrouvez-nous demain (Jeudi 3 Mai 2018 à 09h00) en direct sur radio Chablais! Et si vous manquez cette émission, revenez quelques jours plus tard sur cet article. je le modifierai pour y mettre le podcast!

Vos enfants ne se rappelleront pas de leur meilleur jour de télévision!

Ah ça non!

Figurez-vous que c'est en préparant l'émission que j'ai appris que les enfants dans années 1970 (donc, moi et vous peut-être), passions 3 à 4 heures par jour dehors. Et je dois avouer, qu'à bien y penser, je me vois beaucoup dehors dans mes souvenir.

Les enfants suisses d'aujourd'hui (et nous pouvons penser qu'ils sont représentatifs de la tendance européenne) ne passe que 47 minutes par jour dehors.

Oui! on est passé de 3,5 heures à 47 minutes!


Pour quelle raison?

Une raison principale est que l'extérieur

fait de plus en plus peur aux parents.

Ils s'inquiétent que quelque chose arrive à leurs enfants. Ceci est largement dû aux infos diffusées par les médias. Alors j'en profite pour rappeler que la société n'a jamais été aussi pacfique qu'aujourd'hui. L'idée qu'elle est plus dangereuse est un leurre!!! (qui fait vendre bien entendu!!).

Une deuxième raison importante est que

le secteur des divertissements d'intérieur

s'est largement développé.

Tout particulièrement avec les écrans. Inutile d'aler dehors pour s'amuser. onpeut rester à la maison.

Les enfants sont les premiers pénalisés

Directement pénalisés, nos enfants payent le prix de la sédentarité. Ils sont en moins bonne santé, développent plus d'allergie, connaissent plus de sur-poids ou d'obésité.

Être dehors permet aussi de rencontrer les enfants du voisinage même s'ils ne sont pas dans la même classe! Désomais le tissu social de l'enfant s'appauvrit pour se cantonner à l'univers scolaire.

Enfin, les enfants développent moins leur autonomie. Or, l'autonomie est la voie royale pour se découvrir, prendre confiance en soi, avoir une bonne image de soi. Psychiquement, le mental des enfants n'est donc pas au vert non plus.


Et la relaton parent-enfant aussi!

Croyez-le ou non, il est plus facile de vivre avec un enfant qui va beaucoup dehors, qu'avec un enfant qui reste enfermé. Les enfants en contact régulier avec la nature ont de meilleures qualité de concentration, et peuvent donc s'atteler à des activités calmes plus longtemps une fois à l'intérieur. Ils sont moins nerveux et plus facile à vivre.</