Tout savoir sur les émotions #3: Quel est votre style d'accueil des émotions? Faites-vous ce qu&



Lors des 2 articles précédents, nous avons déblayé les idées vraies et les idées fausses sur les émotions, et vu comment en faire bon usage.

Voyons maintenant les styles éducatifs sur les émotions. Car, en matière d'émotion, il y a de bonnes approches et de mauvaises approches!

Celles-ci ont été étudiées de manière longitudinale (pendant plus de 25 ans) par John Gottman et son équipe sur la base de relevés biologiques, de relevés d'interactions parents-enfants en milieu naturel et sur la base d'interviews des parents suivis.

Les résultats sont bluffants et permettent de définir

4 styles éducatifs autour des émotions:

Le style désapprouvant


Il consiste à être contre l'émotion, à gronder, sévir ou punir en raison de l'apparition d'une émotion chez l'enfant. Le parent pense qu'elles ne servent à rien, qu'elles rendent l'enfant faible, et qu'elles sont une perte de temps. Comme les émotions ne peuvent être accueillies, l'enfant ne développe aucune intelligence émotionnelle. Ceci a des conséquences graves sur son développement. Il est perdu et devient agressif ou replié.Il peine à entretenir des relations avec les autres et ne sait pas s'apprécier.

Le style évitant


Dans ce style, le parent ou l'éducateur n'aime pas que l'enfant ait des émotions négatives alors il essaie de l'en distraire, de l'empêcher de les vivre par tous les moyens (blagues, chatouilles, bonbon, jeux, etc...). A L'instar du style désapprouvant, les émotions désagréables n'ont pas le droit d'exister, elles ne donnent donc lieu à aucun apprentissage de l'adulte vers l'enfant. L'enfant se sent mal et ne sait que faire quand il vit un stress. Il peut se sentir perdu, adopter en permanence un sourire de façade ou se replier. Il ne sait pas quel conduite adopter face à quelqu'un de menaçant. Il ne s'autorise pas exprimer de colère, de tristesse ou de peur... il peut avoir des difficultés à s'affirmer.

Le style laisser-faire / permissif


Dans ce style, toutes les émotions sont les bienvenues et peuvent être vécues. Le problème est que cela s'arrête là. Les comportements associés aux émotions sont eux aussi tous acceptés, même s'ils sont des freins importants au développement de la vie sociale de l'enfant. C'est un style très permissif. Il n'y a pas de transmission d'outil ni de conversation autour de l'émotion. L'enfant comprend qu'il peut vivre des émotions désagréables, et se retrouve à faire n'importe quoi sans recevoir aucune guidance. Il n'apprend pas comment les rendre utile ni comment les rendre moins pénibles. Les conséquences sont les mêmes que pour les 2 styles précédents, car l'enfant peut vite devenir insupportable, associable, tyrannique.

Le style coach des émotions:


Ici, le parent part du principe que son rôle est de permettre à son enfant de développer son intelligence émotionnelle et relationnelle (=intelligence sociale) et il est conscient que son enfant n'a pas encore acquis les compétences de régulation émotionnelle. Il sait que c'est son rôle de le guider pour cela. Il consacre donc un certain temps à accueillir les émotions de son enfant, à lui permettre de les comprendre et les nommer, à identifier les comportements négatifs et positifs qui en résultent, et acquérir des outils pour mieux les réguler.

Dans ce style, l'enfant apprend à faire confiance à ses émotions, à s'en servir, à les réguler; à solutionner des difficultés relationnelles de manières constructives pour lui et pour les autres.

De manière unanime et scientifiquement prouvée, on remarque que seul le style "coaching des émotions" est celui qui rend les individus plus heureux dans toutes les sphères de la vie et permet une meilleure réussite scolaire, professionnelle et sociale.

Pourquoi?

Les émotions alimentent des comportements. Ces comportements peuvent vite devenir des habitudes. Quand un enfant se sent exclu, il ne peut plus se concentrer sur son travail scolaire.

Mais s'il apprend à réguler ses émotions, c'est à dire, à se adopter les comportements adéquats en lien avec ses émotions, il pourra alors se concentrer sur les maths, le français, l'histoire! C'est ce que nous faisons par exemple avec les Kimochis.

Dans la vidéo ci-dessous, John Gottman vous parle du programme Kimochis


C'est pourquoi avant de faire méditer les enfants nous devons leur offrir des programmes de développement de l'intelligence émotionnelle et relationnelle!

Témoignage:


Je ne suis pas née "coach des émotions" mais je le suis devenue. Je pense que nous pouvons tous le devenir et que cela commence par en prendre la ferme décision. Cependant, n'espérons pas atteindre la perfection. Nous sommes humains et tant que les dérapages arrivent rarement, tout va bien! Mon truc à moi, est de veiller à prendre soin de moi. C'est indispensable pour que je puisse prendre soin des autres et ne pas mettre la satisfaction de mes besoins en compétition avec celle de mes enfants.

Lecture recommandée (malheureusement en anglais seulement)


Nous nous retrouvons demain pour la suite de notre série.

Nous y aborderons les gestes qui aident les parents mis face aux pic émotionnels de leurs enfants!

#emotion #emotions #intelligenceemotionnelle #gestionemotion #styleparental

© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation