49444527_m.jpg

Ma formation en Education
Positive & Relationnelle Elearning
 100% en ligne, 100% autonome! 

premiere.PNG

Parentalité en danger: Comment se protéger des 4 sources de désinformation qui détruisent la relatio



On peut l'appeler ignorance, interprétation, ou tout simplement, désinformation. Elle est une gangrène pour la relation parent-enfant et on se la refile en suivant 4 sources essentiellement. Adoptez les bons réflexes pour vous protéger!

Les parents sont constamment sous le feu de nombreux flux d'informations. Ils les subissent, et parfois les recherchent afin de mieux accomplir leur mission éducative, trouver des pistes et des solutions à leurs défis quotidiens.

Cependant, les sources de ces flux d'informations sont plus que discutables et nuisent même parfois aux propres objectifs qu'elles disent vouloir atteindre.

Dans certains cas, les interprétations et solutions proposées portent préjudice au développement harmonieux de l'enfant et à la relation sécure qu'il devrait espérer établir entre lui et ses parents.

N'est-il donc pas temps de jeter un grand pavé dans la marre, et d'en parler ouvertement?

Source de désinformation #1:

La société

Croire ce que la société dit, quand on est parent, c'est être capable de croire que l'enfant de 2 ans fait un caprice, qu'il teste les limites, qu'il fait exprès de désobéir, qu'il a besoin de se confronter à l'autorité.

Par exemple, la grand-mère qui vous raconte que quand il se roule par terre en pleurant, il est en train de tester votre autorité, ou l'oncle qui vous explique que ses pleurs sont destinés à vous amadouer (comprenez "manipuler") et que s'il fait des choses qu'il sait interdites, c'est une manière de chercher les limites.

Et bien sûr, écouter tous ceux qui vous diront qu'ils ont reçu quelques torgnoles, mais que cela ne les a pas tués, au contraire... ces derniers n'en rajoutent pas sur leur passé de délinquance, leurs dépendances toujours pas réglées et cette espèce de mal-être qui revient par vagues tout au long de leur existence.

Il peut aussi s'agir de parents qui ne sachant plus comment gérer leurs sentiments de culpabilité, ou d'impuissance devant leurs difficultés éducatives vous laisseront entendre que la parentalité positive c'est n'importe quoi. Il n'y a rien de mal à ne pas savoir et ne pas y arriver. Mais faire semblant de savoir est dommageable.

Source de désinformation #2:

La psychanalyse

Reconnaissons à la psychanalyse les avancées qu'elle a permises en matière de conscience, connaissance de soi et bien-être.

Mais, reconnaissons aussi les dommages qu'elle a causés sur la relation adulte-enfant en voulant à tout prix séparer les enfants de leurs parents.

Dans la liste des croyances encore véhiculées et que la science a pourtant proprement démontré, on trouvera: Croire que si votre garçon veut un câlin avec sa maman, c'est qu'il veut prendre la place de son père. Croire qu'il existe des pulsions chez l'enfant, sexuelles tout particulièrement, dont il faut se protéger et le protéger lui-même. Croire que le bébé est un pervers polymorphe...

Source de désinformation #3:

Les magazines et blogs,

Eh oui, ces magazines qui pour certains sont écrits partiellement ou en totalité par des rédacteurs free-lance de 25 ans qui le même jour écriront un article sur le bonheur des chihuahuas, la recette du pain d'épice de grand-mère et le sommeil des enfants.


Des magazines que vous pensez respectables, car, à un moment de leur histoire et dans quelques pages, ce sont de vrais experts qui ont écrit.

Mais bref, dans ces magazines vous trouverez les conseils les plus débiles pour faire dormir son enfant (et souvent les moins humains), sur comment lui faire apprendre la discipline, le pot, le respect, l'obéissance aveugle et j'en passe. Et bien entendu, tout cela passe allègrement par les réseaux sociaux...

Source de désinformation #4:

Les Charlatans et pseudo-thérapeutes

Marabouts, pseudo-médiums, thérapeutes du truc intérieur qui se cache