Comment faire un câlin pour apaiser un enfant ? Tout dépend de son émotion!



Faut-il prendre un enfant en détresse dans ses bras?

Oui, c'est une évidence! Mais pas n'importe comment! Et si on vous en disait plus sur comment apaiser un enfant?

Le cerveau de l'enfant ne peut se calmer seul, car il est immature et incapable de réguler ses émotions. Il a donc besoin du cerveau d'un adulte pour y arriver.

L'adulte peut réconforter l'enfant grâce à son accueil empathique et chaleureux. L'adulte et l'enfant vont alors produire de l'ocytocine, en lieu et place du cortisol (hormone du stress), qui saturait le système nerveux de l'enfant, engendrant une Tempête Emotionnelle.

Alors, comme vous l'imaginez, la voie royale de l'ocytocine, c'est le câlin!

Mais encore faut-il que votre câlin soit accepté et qu'il s'adapte à la dynamique émotionnelle de votre enfant!

Eh oui, c'est le secret que l'on en vous dit pas dans les livres. Dans les bras, mais de manière adaptée à l'émotion.

En cas de Grosse Colère


La colère est chaude et énergétique. Elle appelle au mouvement.

Prenez votre enfant dans vos bras et marchez!

S'il refuse d'être pris dans les bras, insistez. Donnez-vous une chance d'y arriver, mais surtout bouger avec lui.

Si vous sentez que ça ne marche pas (dans la 15ème seconde), prenez une couverture, placez-la sur ses épaules et sortez dehors.

Continuez à marcher dehors, en le portant.

S'il est plus âgé, faites-lui enfiler un manteau et des bottes pour sortir, rapidement (ne lui laissez pas trop de temps pour réfléchir).

Une fois dehors, accueillez sa colère.

Dites-lui "Je sais que tu es très en colère et que tu as envie de crier. Tu peux crier maintenant, je suis là..."

Ne restez jamais immobile, si vous prenez un enfant en colère dans les bras. Vos bras seraient vécus comme une prison par votre enfant.

Donnez-vous jusqu'à 2 minutes (maximum!!) pour le réconforter.

S'il refuse encore vos bras, cessez de le tenir pour ne pas entraver sa liberté, mais restez avec lui. Vous pouvez par exemple marcher ensemble.

En cas de Grosse Tristesse


La tristesse est souvent plus accessible physiquement que la colère.

Néanmoins, elle ne s'accueille pas de la même manière.

La tristesse est froide. Elle est vécue comme un retrait d'énergie. Elle donne envie à celui qui la vit de se recroqueviller sur lui-même.

Encore une fois, mettez-vous au diapason de l'émotion de votre enfant. Prenez-le dans vos bras, mais soyez calme et évitez de bouger.

Une petite couverture pourra le réchauffer et lui donner plus de confort.

En Cas de Grosse Peur


La peur de votre enfant vous appelle à le mettre en sécurité.

Prenez votre enfant dans les bras comme vous le feriez pour la tristesse.

Éloignez-vous ensuite de ce qui lui fait peur (objet ou pièce).

Installez-vous dans un endroit calme, sans passage ni mouvement.

Asseyez-vous et gardez-le dans les bras en le rassurant: "Tout va bien. Je suis avec toi et tu es en sécurité".

Pour que la peur de votre enfant s'apaise, il faut qu'il puisse se reconnecter à ce qui l'entoure et en percevoir la sécurité. Or, ce n'est pas en bougeant qu'il y arrivera.

Quelle que soit l'émotion

Reportez les explications et demandes à plus tard. Ce n'est pas le moment. Vous pourrez peut-être reprendre la difficulté une fois que les émotions seront calmées. Certaines grosses émotions demandent une absence temporaire de commentaire. Cela vaut pour nous, les adultes, et cela vaut pour les enfants.

Que faire si votre enfant refuse vraiment les bras?

Que votre enfant puisse accepter un bon flux d'ocytocine grâce à un câlin est une chance pour lui. Cela lui permettra d'accéder à une meilleure régulation émotionnelle aujourd’hui, et dans sa vie d'adulte.

Mais, s'il refuse obstinément:

  1. Essayez malgré tout à chaque crise émotionnelle. Et respectez-le s'il refuse.

  2. Prenez-le dans les bras, plus souvent, quand il va bien.

  3. À la place du câlin, posez votre main sur son épaule ou prenez-lui la main.

  4. Faites davantage de petits jeux de taquinerie, comme se rouler par terre, se faire des chatouilles, chahuter gentiment.

  5. Restez présent quoi qu'il en soit. Votre présence empathique, chaleureuse et non jugeante lui est utile.


#colère #tristesse #peu #émotion #câlin #ocytocine

box dans l'herbe bandeau internet.png

© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation