« Maman, tu me l'achètes ?! »



Quand on est parent, dans un monde où tout se trouve à profusion, on entend souvent « Maman, tu peux m’acheter ça! Je le veux! ». Et lorsque nous sortons en ville, nous voyons combien il est dur pour nos enfants de résister à la tentation. D’ailleurs, admettons-le, pour nous aussi c’est difficile!

Dan cet article, je vous propose des approches constructives pour aborder cette question et bien d'autres du même acabit "Tu m'achètes cette voiture?"

« C’est vraie qu’elle en jette cette voiture ! »

Quand les enfants sont petits, profitons de leurs questions pour nous mettre en lien, leur montrer notre intérêt pour ce qu’ils sont (et du coup, non pour ce qu’ils ont).

  • "Tiens qu’est-ce que tu aimes tant dans ce jouet ?

  • Est-ce que ce sont les lumières qui t’attirent ? Sur le dessin, elle a l'air très rapide !

  • Je me rappelle, quand j’étais petite, les voitures étaient beaucoup moins bien. Je pense que j’aurais trouvé cette voiture super cool !"

« Prenons-là en photo ! »

Pour ne pas oublier que c’est bien cette voiture, et nulle autre, que votre enfant veut, prenez-la en photo et ajoutez-là à l’album des envies de votre enfant. Les choix pour les anniversaires et Noël n'en seront que plus faciles. Il se sentira écouté et compris et cela permettra de ne pas entrer dans une crise.

« Je préfère passer du temps avec vous »

Puis, vient le jour où les enfants sont plus grands, et où nous pouvons développer un certain nombre d’idées sur l’argent, les possessions, le travail, le temps passé ensemble.

Demandez à vos enfants :

- Savez-vous pourquoi nous travaillons ?

J'explique à mes enfants que nous travaillons, pour obtenir l’argent, qui nous permet ensuite de répondre à nos besoins (alimentaires, vestimentaires, de logement, etc. ). Ainsi nous travaillons pour vivre bien.

Malheureusement quand nous travaillons, nous ne voyons pas nos enfants alors que souvent, nous aimerions passer plus de temps avec eux. Certains parents ont parfois choisi un emploi moins gratifiant ou ont carrément arrêté de travailler, afin d'être un parent plus présent.

Quand nous travaillons, il y a toujours une partie de notre travail qui est obligatoire, mais il y a aussi souvent (pour certains parents), des heures de travail qui ne sont pas indispensables pour faire vivre la famille dans de bonnes conditions. Ces heures-là nous séparent de nos enfants.

A quoi bon travailler, faire éventuellement garder son enfant, si c'est pour acheter quantité d’objets et de vêtements le weekend venu, alors que ces mêmes heures de travail nous ont séparés? Nous pourrions surveiller nos dépenses pour vivre mieux ensemble.


Je n’ai tenté ces explications qu’avec mes propres enfants.

Je dois dire que dès l’âge de 3 ans et demi, ils y ont été très réceptifs.

Aujourd’hui, eux-mêmes me disent parfois « non maman, je ne veux pas que tu m’achètes ça, je préfère qu’on passe du temps ensemble ».

Il arrive aussi qu’ils me demandent « Si tu m’achètes ça, est-ce que ça veut dire que nous passerons moins de temps ensemble ? » J’explique que c’est une question de répétition et de fréquence. Effectivement, si tous les jours, ou toutes les semaines, j’achète un jean, une paire de chaussures supplémentaires, un robot, des cartes Pokémon etc… oui, à la fin, il faut que je travaille davantage que ce qui est vraiment nécessaire.

Profitons ici de 2 minutes (hors-sujet) pour évaluer le nombre d’heures que nous passons au travail, pour acheter des choses « pas indispensables ».

  • Pour ce faire, il suffit de simplement regarder le montant des dépenses superflues que nous faisons chaque semaine.

  • N’oublions d’ajouter à cette somme environ 30% d’impôt..

  • Divisez par votre salaire brut horaire.

  • Voilà, vous avez votre résultat.

L’approche est théorique car notre liberté à choisir ce que nous faisons est limitée. Mais je la trouve pertinente et éducative.

Nous aimons les arbres et les animaux.

Protégeons-les !

Chaque fois que nous consommons, nous participons, sans le vouloir, à quantité de catastrophes : réchauffement climatique, souffrance et disparition d’un nombre considérable d’espèces, pureté de l’air et de l’eau qui se raréfie, appauvrissement des sols…

La plupart des objets pour enfant sont en plastique.


Or, la Terre ne sait plus qu’en faire. Les matières plastiques se trouvent partout, parfois en tout petits morceaux dans les sols. Ce seul chiffre est alarmant: 80% de la faune aquatique vit avec du plastique dans son estomac.

Chaque parent peut acquérir des connaissances sur ces sujets et les transmettre à son enfant. Les enfants aiment la nature, ils aiment les animaux, ils se voient plus en sauveurs (du côté des gentils) qu’en pollueur (du coté des méchants). Quand ils comprennent l’impact de la consommation sur la vie sur Terre, ils sont souvent plus disciplinés que les adultes! Transmettre est aussi une bonne manière d'être en lien avec ses enfants

Dans un contexte où les ressources de la Terre se tarissent et où rien ne garantit (au contraire) que nos enfants pourront consommer autant que nous, il est bon de les éduquer tôt à faire des choix avisés et à savoir renoncer à la satisfaction de certaines envies superflues au nom des bienfaits largement supérieurs que cela engendre.

Voilà ton argent pour la semaine !

Dans notre famille, nous avons commencé à donner de l’argent de poche à nos enfants dès l’âge de 4 ans.

Aujourd’hui, âgés de 4 et 7 ans, ils reçoivent respectivement 1 et 2 CHF par semaine. Quand ils nous demandent quelque chose, je leur rappelle qu’ils peuvent l’acheter eux-mêmes. Dernièrement, ma fille parlait d’un DVD qu’elle voulait en déplorant qu’elle n’avait pas assez d’argent. Mon fils lui aussi désirait ce DVD. J’ai attiré leur attention sur le fait qu’en réunissant leur argent, ils pouvaient acheter ce DVD. L’idée leur a plu, mais en réalisant que c’était leur argent qu’ils devaient dépenser, ils ont renoncé.

Pour finir: « Alors Maman, tu me l’achètes ? »

Finalement, cette question est très précieuse, tant pour créer du lien que pour instruire nos enfants et faire en sorte qu’ils soient les plus libres possibles face à la société de consommation. Temps partagés ensemble, notion d’argent, valeur et éthique de vie, profitons de cette question pour permettre à nos enfants de penser plus loin.

L’éducation à consommer de manière réfléchie et responsable doit commencer en même temps que l’enfant devient consommateur.

C’est-à-dire tôt. Inutile de la remettre à plus tard, parlons-en dès que possible.

Expliquons à nos enfants comment nous faisons nos propres choix et profitons-en pour passer d'heureux moments de dialogue avec eux!


#argent #consommation #argentdepoche #fairelescoursesensemble

box dans l'herbe bandeau internet.png

© formations-positives.com est un site de Happyologie - Tous droit réservés 

A propos - Conditions générales de vente et d'utilisation